Pérou: Au cœur de l'Empire Inca


Salut tout le monde! 
Alors, je vous préviens tout de suite, dans cet article il y aura une tonne de noms très compliqués et quasiment impossible à prononcer, comme Olotaytambo, Tahantinsuyu, Saksaywaman, Urubamba... Donc, j'autorise les flemmards ( non, je ne vise personne...) à ne pas tout lire et à seulement regarder les images. Donc, pour les quelques courageux qui restent, c'est parti!

Alors, le jour même ou nous rentrons par avion de la Bolivie, nous passons la frontière du Pérou. Rappelez vous, je vous ai dit que, le mois précédent, c'était le gros bazar dans le nord de ce pays. Eh bien, les premiers jours, les dégats sont visibles: Des planches de bois ont été posées à la va-vite pour remplacer les ponts écroulés, et sur les berges des rivières des morceaux de maisons ( et même un frigo entier!) sont échoués. Un vrai décor de film catastrophe! C'est pourquoi, la première semaine, nous ne fîmes que rouler. Wouah, vous avez vu, j'ai réussis à caser du passé simple! Une fois, nous nous arrêtons dans une ville ou un homme nous dit que, le mois dernier, ils avaient de l'eau jusqu'à la taille! En tout cas, nous continuons à rouler, car notre but, c'est le sud du pays, où on trouve les ruines incas...

Mais j'en parlerai plus tard, car j'ai d'autre choses à raconter avant. Tout d'abord, brièvement, Lima, la capitale du Pérou. Le guide que mes parents possèdent nous mettait en garde: c'est une ville polluée, bondée, et chaude. Et bien, je confirme: en plus d'être coincés pendant trois heures dans les bouchons, nous sommes sous un ciel gris et une chaleur étouffante. Si bien que nous ne nous y arrêtons même pas! En revanche, l'arrêt suivant est bien mieux. Nous sommes dans une ville au bord d'un désert de dunes. Je n'exagère pas, elles sont à perte de vue. Et la ville offre des tours en buggy pour les visiter. Evidement, mes sœurs et moi supplions pour y aller, et ça marche. Mais c'est dix fois mieux que je l'avait imaginé. Le conducteur est comme fou: Il descent les pentes à toute vitesse, prend des virage à 90 °, s'arrête juste au bord des sommets au point que l'on pense tomber... Ma mère et Célèste ont eu la peur de leur vie, elle hurlaient " Je veux descendre!" , mais moi j'ai adoré. Et ce n'est pas tout: quelques fois, le conducteur s'arrêtait, et sortait des planches de surf. On s'allongeait dessus, et on dévalait la pente: génial! Bon, Céleste n'a pas voulu le faire, trop effrayée, et Maïté et ma mère frainait beaucoup, j'était la seule à descendre à fond! Quelques photos:

Et enfin, dernière étapes avant Cuzco: Les lignes de Nazca. Vous devez surement en avoir déjà entendu parler, mais c'est pas grave. Ce sont d'immense dessins tracés au sol par les Nazcas, un peuple pré-inca. Et un grand mystère les entoure: ces lignes étant invisible depuis le sol et l'aviation n'existant pas encore, pourquoi et comment ce peuple les traça-t-il? L'une des théorie les plus folle dit que ce sont des pistes d'atterrissage pour extraterrestres. D'autant plus que l'un des dessins ressemble étrangement à un cosmonaute...


Bon, ça y est, nous sommes enfin arrivé à Cuzco, l'ancienne capitale inca! Là vivait l'empereur, appelé Sapa Inca, et de là était dirigé le Tahantinsuyu, le nom de l'empire, ce qui veux dire " L'Empire des Quatre Quartiers". En effet, cet empire, le plus grand jamais existé en Amérique du Sud, était divisé en quatre quartiers, dont le point de convergeance était Cuzco. Malheureusement, il ne reste plus grand chose de la cité inca d'origine, car elle fut presque entièrement détruite par les conquistadors espagnols. Cependant, quelques fondations de maisons furent conservées, et les espagnols construisirent leurs maisons par dessus. Ces maisons, mi-inca, mi-coloniales, sont appelées les maisons " métisses". Quelques mots sur l'architecture inca: ils n'utilisaient pas de ciments pour les pierres, car ils les taillaient entre elles au mm près, au point que l'on ne peut même pas y passer une feuille. Impressionnant! Mais le point le mieux conservé de l'ancienne Cuzco, qui, au passage, veux dire " nombril du monde" , c'est son ancienne forteresse, appellé Saksaywaman. Cepandant, les guides disent au touristes que, pour le retenir, il faut penser à Sexy Woman. Heu... hum hum. Le pire, c'est que ma mère à adoré cette idée. Depuis, elle ne fait que l'appeler comme ça. Ouin! En réalité, cela veux dire " Faucon Satisfait" ( ne me demandez pas pourquoi!) et sa forme est censé représenter une tête de jaguar. 

Après deux jours passés à Cuzco, nous reprenons la route, et descendons dans la Vallée Sacrée de Cuzco, où coule l'Urubamba, la rivière qui alimentait la capitale. Là, nous nous arrêtons brièvement à Pisac, un petit village, et nous passons l'après-midi dans son marché artisanal. Je dépense mes vingt derniers euros pour des boucles d'oreilles. Jolies, mais j'ai plus d'argent! Et le lendemain, nous sommes à Olotaytambo, une autre ancienne ville inca. Après l'avoir visité, nous nous remettons en route, direction cette fois Machu Pichu! Si vous n'en avez jamais entendu parler... Ben, vous êtes bizzare. C'est LE grand truc touristique du Pérou, le pays est devenu prospère presque uniquement grace à lui. C'est la cité inca la mieux conservée au monde, car elle n'a pas été découverte par les espagnols, et donc n'a pas été détruite. Plus de trois cents édifices ont été remis à jour, et à peu près deux milles personnes y vivaient. Elle est construite à flan de montagne, à 2 500 mètres d'altitude. Pourquoi s'embêter à construire dans ces conditions? Certains spécialistes pensent que c'est pour surveiller l'entrée de la Vallée Sacrée, afin de repousser d'éventuels envahisseurs. 

Voilà, c'est la fin, et heuresement, parce que j'ai mal au doigts, j'écris depuis trois heures. J'espère que cet article vous aura plus, et n'ésitez pas à laisser un commentaire! Ciao!

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Maminou (lundi, 22 mai 2017 15:17)

    Bravo Amaya
    C'est toujours un vrai plaisir de te lire

  • #2

    Tatie Cilou (mardi, 20 juin 2017 23:24)

    Coucou Amaya!
    Et oui comme dit Maminou, toujours un plaisir de te lire. Pour ma part, j'ai découvert tes talents d'écrivain grâce à ce voyage et à ce blog. T'es restée bloquée au Pérou? pas d'autres articles en cours avant ton retour en France? Allez.....s'il te plaiiiiiit Amaya.....bisous de nous tous