Argentina, nord ouest


C'est cool d'avoir une bonne connexion, je peux rattraper le retard. Les filles regardent des émissions en replay depuis le fond du lit et moi je suis au café du coin de la rue a siroter des bières... à chacun sa drogue.

 

Alors c'est parti pour l'argentine.

On rentre par le nord ouest de cet immense pays, on à fait le deuil de descendre voir ushuaia, les baleines et les glaciers, c'est l'hiver ici, on va rester dans le nord ... pour avoir moins froid.

La province de Salta, une des première à avoir fait la guerre à l’Espagne pour son indépendance, est ce du à ça, ils sont plus fiers d’être Saltenos qu'argentin par ici !! à côté de chaque drapeau de l'argentine flotte un drapeau de la province, rouge et noir. le rouge c'est la couleur de l'uniforme que portait les soldats de san martin, le heros local de la guerre d’indépendance et le noir à été ajouté à la bannière le jour de sa mort. Que de culture me direz vous, c'est qu'on s'est trouvé par hasard à Cafayate, la ville du départ du soulèvement, le jour de la célébration de cet événement, 25 de mayo. Gouverneur, discours, et défilé... la totale. Et le top, le défilé des gauchos de chaque groupe. Amaya nous à appris ce qu'était un pas de parade à cheval, c'est joli, plusieurs s'y essayent mais peu le réussissent.

 

Avant ça nous nous baladons dans des canyons aux couleurs changeantes, on aperçoit des condors, on se fait inviter par le petit neveu de l'ancien préfet de  la région qui veut nous acheter le camper s'il vous plait, il nous sort champagne et super viande. La dessus, il n'y a rien a redire, c'est vraiment de la très bonne viande, ce n'est pas qu'une légende.

 

Ensuite on descend un peu dans la région du vin, Malbec, Torrones, tout y passe, et on aime bien aussi. Maïté goûte mais aime moins :)

Le carton ne fera pas long feu.

Pour remonter on veux prendre une route mythique en argentine, la Ruta 40 qui parcours le pays du nord au sud sur plus de 5000 km. Nous en ferons 100km de piste, des paysages splendides, mais le camper n'y résistera pas, on a heurté une pierre sur la dernière piste pour rejoindre le machu pichu et le coin arrière droit s'est désolidarisé. Les vibrations de la ruta 40 lui seront fatale, tout le coin se disloque !! je pense un peu tard a sangler le tout pour espérer garder tout les morceaux.

Lors de la dernière descente, on crève à nouveau... de nuit, un chauffeur, m'aide à changer la roue. il est temps que ça finisse ...