Paraguay, vite fait, bien fait


Il n'y a pas de pont pour passer directement au Paraguay depuis Iguazu, donc on monte sur une barge. Arrivé de l'autre côté, le choc est violent, le pays est beaucoup plus pauvre et cela se sent de suite.

A la douane, le contrôleur voit l'affiche sur le camper "SE VENDE", à vendre pour ceux qui ne comprennent pas... et du coup il me fait la morale en m’expliquant que ce n'est pas possible de vendre des véhicules étranger dans ce pays, puis apres plusieurs autres leçons de morales, il me dit qu'il garde les papiers de la voiture et que si je trouve acquéreur, je dois venir a ce poste frontière pour payer les taxes d'importation. Il me note même son nom et numéro de téléphone sur les papiers d'importation temporaire pour être sur que je repasse bien par lui et qu'il puisse garder sa part.

Heureusement depuis plusieurs pays nous franchissons les frontières avec une copie couleur des papiers de la voiture. Je lui laisse donc la copie sans regrets, lui certifiant qu'on se revoit bientôt.

 

Nous ne sommes pas là pour faire du tourisme, alors on enchaîne les revendeurs de voitures, et le soir on reçoit la confirmation d'un contact en Uruguay qui veut nous l'acheter. Comme on ne se sent pas très bien au Paraguay, et que Montevideo c'est juste à côté de Buenos Aires, cap au sud, direction l’Uruguay.

en route on visite d'autres Missions jésuites, et on passe une soirée avec un couple d'espagnols qui nous apprennent à faire du pain !